Charter pour l’Albanie : Rentrée scolaire au centre de rétention de Cornebarrieu pour 9 enfants !

JPEG - 586.6 ko PNG - 32.7 ko

Communiqué de presse Cimade Sud-Ouest RESF 31

Le 3 septembre 2019, une opération coordonnée entre les préfectures de la Haute-Garonne, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Orientales a conduit à une expulsion groupée de familles albanaises préalablement enfermées au centre de rétention de Toulouse.

4 familles albanaises accompagnées de 9 enfants mineurs âgés de 2 à 16 ans en provenance de Tarbes, Perpignan et Toulouse ont été enfermées au centre de rétention lundi soir en vue d’être expulsées mardi matin à destination de Tirana par charter.

Une cinquième famille a été acheminée directement de Perpignan mardi matin pour prendre le même vol.

Deux des cinq familles concernées ont été séparées de leurs enfants majeurs maintenus sur le territoire français car une procédure est toujours en cours pour ces derniers.

Cette expulsion groupée est intervenue le lendemain de la rentrée scolaire, alors que les enfants de ces familles avaient pris place le lundi matin sur les bancs des écoles. Ces méthodes sont scandaleuses et particulièrement traumatisantes pour les enfants. Elles remettent ainsi en cause leur droit à l’éducation.

Depuis le 1er janvier 2019, ce sont 26 familles et 46 enfants qui ont été enfermés derrière les barreaux du centre de rétention à Toulouse.

C’est le nouveau signe d’une fuite en avant et d’un durcissement particulièrement inquiétant de la politique gouvernementale en matière de répression des personnes migrantes.

Nous nous indignons contre de telles pratiques et rappelons que la place d’un enfant est à l’école, pas derrière des barbelés !

Nous refusons la banalisation de ces violences injustifiables sur des enfants et demandons à ce que l’Etat cesse d’infliger des « traitements inhumains et dégradants » aux personnes.

Nous rappelons qu’en novembre 2019 seront célébrés les 30 ans de la convention internationale des droits de l’enfant, ratifiée par la France, qui engage les Etats à protéger les enfants contre toute forme de discrimination ou de sanction motivées en particulier par la situation juridique des parents.

Signez la pétition contre l’enfermement des enfants !


mercredi 3 juillet 2019

Des Syriens jetés à la rue !

Texte du CEDIS Sombre époque…

Vendredi, l’État français expulsait déjà de façon massive et opaque des familles en charter de Toulouse. https://blogs.mediapart.fr/stephane-ortega/blog/280619/l-etat-arrete-90-migrants-en-vue-d-une-expulsion-sur-vol-tgz2781-pour-tbilissi?fbclid=IwAR2GATZsWRf-l539ranIZUVy95d-njdhGcTXMjIQYcWQ-HNTfpgbqxwuzEM

Lundi, l’État français expulsait un squat et abandonnait à la rue une quarantaine de personnes syriennes, dont de nombreux enfants, adolescents et personnes malades. Chassées de la place de la Mairie, puis de celle la Préfecture, elles ont fini par s’installer dans le parc à côté du monument aux morts. Elles demandent à la Préfecture de les recevoir, d’étudier leurs droits et de les respecter.

L’application d’une décision de justice qui permet à un particulier de récupérer son bien après de nombreux mois d’occupation illégale est difficilement critiquable.

En revanche laisser des adultes et des enfants sur un trottoir est injustifiable et intolérable. La préfecture ne semble même pas avoir pris soin de discuter en amont avec les personnes expulsées. Elle n’a même pas pris la peine d’étudier les situations des personnes concernées en faisant en sorte que des travailleurs sociaux aillent à leur rencontre avant l’expulsion.

En discutant avec les familles syriennes, il s’avère que beaucoup d’entre elles ont obtenu une protection subsidiaire ou un statut de réfugié. L’État a donc par ailleurs reconnu lui-même la légitimité de leur demande d’asile et de leur droit à une protection.

Les familles pensaient pouvoir finir l’année scolaire avant de devoir trouver un nouvel abri. Elles ont finalement été expulsées à quelques jours des « vacances » scolaires.

Les familles se sont d’abord installées devant la mairie. Il a été collectivement jugé préférable de ne pas vérifier si la police nationale allait réellement mettre à exécution les menaces d’expulser les enfants et leurs parents de leurs tentes après les avoir déjà expulsés un peu plus tôt de leur logement.

Comment faudrait-il expliquer qu’avec des milliers de logements vacants à Toulouse il n’est pas possible de leur trouver un logement. A Toulouse, entre 1 600 et 1 800 personnes vivent à la rue, en campement et en squat. Pourtant des milliers et milliers de logements restent vacants beaucoup trop longtemps : c’est un énorme gaspillage et un désastre humain !

Ces personnes ne demandent même pas à rester dans la région de Toulouse ou rester entre elles. Quelle excuse pourrait bien avoir l’État ? Non seulement les entreprises françaises s’impliquent en Syrie pour des intérêts énergétiques, économiques et politiques mais en plus lorsque des victimes se réfugient en France, elles ne méritent même pas un toit au dessus de la tête !

Les membres du CEDIS (https://www.cedis31.org/)


lundi 14 octobre 2019

Mr O doit être libéré du Centre de rétention pour retrouver sa femme et ses enfants !

Les collectifs d’écoles Fontaines-Casselardit, Gais-Pinsons et collège Lamartine La famille O. est en France depuis le 20 février 2018. Cette famille a quitté l’Albanie pour arriver directement en France. Leurs 4 enfants sont scolarisés à la maternelle Fontaines Casselardit (PS et GS), à l’élémentaire (...)
lundi 14 octobre 2019

Mr O doit être libéré du Centre de rétention pour retrouver sa femme et ses enfants !

Les collectifs d’écoles Fontaines-Casselardit, Gais-Pinsons et collège Lamartine La famille O. est en France depuis le 20 février 2018. Cette famille a quitté l’Albanie pour arriver directement en France. Leurs 4 enfants sont scolarisés à la maternelle Fontaines Casselardit (PS et GS), à l’élémentaire (...)
lundi 14 octobre 2019

Personnes à la rue, familles sous tentes,... Non à l’arrêté anti-bivouac de M. Moudenc !

Ces dernières années, des arrêtés « anti-bivouac » et « anti regroupement de personnes » ont été pris dans différentes villes, notamment à Calais, puis plus récemment à Nice, ville où après un recours d’associations, cet arrêté à été suspendu pour atteinte disproportionnée aux libertés publiques. A Toulouse, (...)

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Brèves

26 septembre - Rassemblement sur le parvis du collège Berthelot

Jeudi 26 septembre à 17h, dans le cadre de la campagne Un Toit Pour Apprendre et avec le soutien (...)

17 septembre - Réunion des Etats Généraux des Migrations 31

MARDI 24 septembre à la Bourse du Travail – 18 heures

3 septembre - Venez soutenir dans le calme et la dignité la famille A.N. qui passe au Tribunal Administratif le jeudi 5 septembre 2019 à 14h30, 68 rue Raymond IV

Mme A.N. est convoquée au tribunal administratif et risque de voir sa présence en France depuis (...)

17 juin - Soutien à la famille D. Tribunal administratif, 18 juin, 14h30

La famille D, et leur 4 enfants dont 2 sont scolarisés à l’école Monge et leurs deux derniers nés (...)

23 avril - Danses et chants des jeunes tsiganes de Slovaquie

Terre solidaire / CCFD Jeudi 16 mai en soirée, Salle Ernest Renan 5 chemin d’Audibert Dans le (...)